Le Funeraire
Votre conseiller funéraire
Le Funeraire > Actualité > 2011 > Passeport pour les funérailles : organisation et (...) Mise à jour du 20 août

Passeport pour les funérailles : organisation et sérénité

Déclaration en mairie, délai de garde d’un corps, choix d’une entreprise de pompes funèbres, le décès d’un proche laisse le plus souvent la famille avec plus de questions que de réponses. Le maitre mot : Il faut absolument s’y préparer.

De 15 ans à perpétuité

« Il y a des enterrements de première classe comme si on allait au paradis par le chemin de fer » s’amuse Jules Renard. Pour le financement des funérailles, il existe de très nombreuses solutions. Mais sachez que, même si vous renoncez à la succession, vous devrez payez les frais d’obsèques en proportion évidemment de vos ressources.

Tout d’abord et en respectant une procédure particulière, les héritiers ont le droit de se servir sur le compte du défunt. Ils peuvent aussi faire une demande une recherche de contrat d’assurance vie dans le cas ou la personne décédée n’aurait pas indiqué l’endroit ou ses papiers étaient rangés. Vous devez contacter la mutuelle et la Sécurité Sociale qui peuvent prendre en charge une partie des frais. Le notaire peut aussi débloquer une somme, à condition que l’ensemble des héritiers cosigne un document qui l’y autorise.

Enfin, ceux qui n’ont rien ni héritiers, ni argent, sont pris en charge par la mairie. Le choix d’une cérémonie religieuse dépend de la volonté du défunt et pour qu’elle soit respectée il est préférable que les détails aient été mis par écrit. Ensuite, il faut choisir un cimetière ou le lieu de dispersion des cendres. Les gens, même s’ils décèdent ailleurs, sont généralement enterrés dans la commune dans laquelle ils habitent.

Passeport pour les funérailles : organisation et sérénité

Pour ceux qui possèdent un caveau de famille, le lieu d’inhumation est évident. Pour les autres, il faut acheter une concession. De manière générale, celles-ci peuvent être temporaires, de 15 ans au maximum, trentenaires, cinquantenaires ou perpétuelles.

On peut disperser les cendres dans différents lieux : jardin du souvenir aménagé spécialement dans les cimetières ; en pleine nature avec quelques restrictions et une déclaration auprès de la mairie ; en pleine mer, par voie aérienne et même sous certaines conditions dans un fleuve ou dans une rivière.

Enfin et selon que l’on soit catholique, protestant, orthodoxe, musulman, bouddhiste ou juif, les pratiques religieuses sont différentes et les tarifs variés. Des équipes spécialisées sont chargées de recevoir les familles et de les aider à choisir les chants et les prières, et à organiser la cérémonie.

Ce sera enfin le moment de faire le chemin du deuil qui pour certains sera plus difficile que pour d’autres : « Je ne vois pas pourquoi on ferait un travail de deuil. On ne se console pas de la mort de quelqu’un qu’on aime » souligne Michel Houellebecq.

La rédaction Le Funéraire

[ Haut ]

  • Devis gratuit
  • Réponse sous 48h
  • Réseau national
  • Conseils pratiques

Les dernières actualités

[ Haut ]
© Copyright 2019-2020 LE FUNERAIRE. Tous droits réservés. Aucun élément de ce site, textes, graphique ou code, ne peut être copié sans le plein consentement de LE FUNERAIRE